Autres Pays Portugal Pays-Bas Belgique

France-Mediterranée France-Atlantique France-Bretagne France-Nord

Liste des phares de : Belgique

Cote belge : 13 phares

La Belgique a une côte d’environ 65 km de long qui est longée par la Mer du Nord.
Cette côte peut être visualisée ici.

La côte belge comprend quatre ports : Nieuport, Ostende, Blankenberge et Zeebrugge. Ces ports sont difficiles d’accès à cause de nombreux bancs de sable qui longent la côte. Ceci explique la présence d’une signalisation pour l’accès aux ports ainsi qu’une aide à la navigation côtière.
Un cinquième phare avait été construit sur la digue de Knokke. Il a été démoli en 1952.
La Belgique a possédé trois bateaux-phares (ou bateau-feu). Ceux-ci ne sont plus utilisés et ont été remplacés par une plate forme en mer. Ces bateaux phares ont été sauvés de la casse et ils sont toujours visibles.

Bateaux-feux : 4 phares

Les bateaux-phares ou bateaux-feux ne forment pas une région. Je les ai classés à part des phares classiques de manière à pouvoir en donner plus d'explication.
Les bancs de sable ont de tout temps causé de nombreux naufrages. Les accès aux ports de la Mer du Nord ont nécessité un balisage. On a d'abord placé des bouées mais celles ci n'étaient pas utiles de nuit. Le premier bateau-feu date de 1732. Il s'agit d'un bateau en bois, le Nore, muni d'un seul mat au-dessus duquel on a placé deux lanternes. Il est placé à l'embouchure de la Tamise, sur le banc de sable du même nom. Très vite d'autres bateaux-feux seront placés jusque Londres. Chaque bateau-feu porte toujours le nom du banc de sable qu'il balise.
L’histoire des bateaux-feux belges a débuté au 19° siècle avec les naufrages des bateaux reliant la Manche aux ports d’Ostende, de Zeebrugge, de Flessingue, de Gand et d’Anvers.
Le premier bateau-feu a été le «Paardemarkt». Il a été mis en service le 5 novembre 1848 sur le banc de sable du même nom situé en face du Zwin.
Le second est le «West-Hinder», mis en service le 15 mars 1864 sur le banc de sable, également du même nom, situé en face à 15 km de Nieuwpoort et à 32 km d’Ostende.
En 1863, le «Paardemarkt» change de nom et devient le «Wielingen» en changeant d’endroit de mouillage. Il est placé sur le banc de sable situé face à Heist, le «Pas van Wielingen».
En 1882, un troisième bateau-feu est mis en service, le «Wandelaar». Il est mouillé prés du «Wielingen», à l’autre bout du banc de sable. Il sera toutefois remplacé par une bouée en 1920. Et 10 ans plus tard, le «Wielingen» aura le même sort.
Entre temps, le «West-Hinder» est éperonné par un dragueur le 12 décembre 1912 et coule. Il aurait été renfloué et aurait repris du service.
A partir de là, les choses sont embrouillées. Trois nouveaux bateaux-feux identiques sont construits à Ostende et mis en service en 1950. Ils ont un moteur afin d’être autonome. Ils ont pour nom «West-Hinder I», «West-Hinder II» et «West-Hinder III». Deux sont opérationnels et le troisième sert de relève. Les deux emplacements sont les bancs de sable «West Hinder» et «Wandelaar».
Le 17 juin 1960, le «West-Hinder III» coule après sa rencontre avec le pétrolier norvégien «Le Branita». Il sera renfloué.
Le «West-Hinder I» est mis hors service en 1968. Les deux autres suivront en 1992 et 1994. Une plate forme, nommée «West-Hinder», est mise en service le 17 novembre 1993. Elle sera alimentée par panneaux solaires et éoliennes. Elle a pour fonctions la signalisation par feux, radar et corne de brume. En plus elle fournit les relevés du niveau d’eau, la hauteur des vagues et la température de l’eau. Le travail qui était en fait effectué par les marins des bateaux-feux.
Les trois bateaux-feux ont été sauvés de la casse et sont toujours visible au public.
Un quatrième bateau phare se trouve à Brugge. Il s'agit d'un bateau feu hollandais, le Mary Flower. Il a été transformé en restaurant.
Un excellent livre "Les bateaux-feux : histoire et vie de marins de l'immobile" est à lire (voir rubrique liens).