Hourtin

Pays : France Région : Aquitaine
Phare actif.


Caractéristiques générales (*):
Situation : Hourtin
Latitude / Longitude : 45°08’25'' N - 01°09’42'' W
Monument classé : inscrit : 06 / 11 / 2009.
Gardienné : non.
Visitable : non.
NGA / Admiralty : 1556 / D1372
Construction (*):
Année de construction : 1860 - 1863.
Matériaux : briques.
Architecte : Droëling et Robaglia (ingénieurs).
Entrepreneur : Delihotte-Ramondin.
Couleur : rouge.
Hauteur : 27 m.
Forme : tours carrées.
Nombre d'étages : -
Nombre de marches : 96
Habitation : oui.
Eclairage (*):
Optique : 4 panneaux au 1/4, focale 0,35 m.
Lampe : halogène.
Puissance : 150 W.
Code : Fl.W.- période 5 s.
Couleur : blanche.
Visibilité : 22 milles.
Hauteur de la lampe : 22, 80 m.
Hauteur sur mer : 55 m.
Premier éclairage : 1 septembre 1863.
Electrification : 1955.
Automatisation : 1982.
Désactivé : -
(*) Les informations contenues dans ce tableau ne peuvent pas être utilisées pour la navigation. Lire l'avis en bas de la page d'accueil.
Un agrandissement de chaque photo est possible par un click de souris.

Un peu d'histoire.

La construction d’un phare à Hourtin s’est avérée nécessaire car la distance entre le phare du Cap Ferret et le couple Pointe de Grave – Cordouan est trop importante.
La zone non balisée est trop grande.

La solution adoptée a été de construire deux tours distantes de 200 m en briques.
Pourquoi deux tours ?
Il fallait savoir distinguer Hourtin du Cap Ferret et de cordouan. Donc deux feux fixes, un sur chaque tour.

Mais deux tours demandaient aussi plus de gardiens. Il fallait ainsi 5 gardiens à loger dans les trois maisons construites en même temps que les tours.
Les tours carrées sont construites en briques et font 27 m de haut. Elles sont alignées dans l’axe nord/sud.
Les deux feux ont été mis en service en 1863.

En 1894, une cuve à mercure (la première pour une grande focale) et une optique de 0,92 m de focale sont installées dans la tour Nord. Le feu à éclat blanc est bien reconnaissable.

Le feu de la tour sud est éteint ce qui entraine la réduction du nombre de gardiens.

Au niveau des combustibles, huile végétale (1863), huile minérale (1875 – 1894), vapeur de pétrole (1904) et électrification en 1955.
Le phare est automatisé et télécommandé en 1982.

La tour sud est utilisée par l’armée pour de la télémesure lors d’essais de missiles.

Une page est entièrement dédiée à l’intérieur de ce phare et ux photos de l’optique.


Visites

Le phare est accessible en voiture hors saison, sinon en vélo ou à pied. Il ne se visite pas.