Le Precheur

Pays : France Région : Martinique
Phare actuel.


Caractéristiques générales (*):
Situation : bourg Le Prêcheur
Latitude / Longitude : 14°48’06'' N - 61°13’33'' W.
Monument classé : inscrit le 16 décembre 2013.
Gardienné : non.
Visitable : non.
NGA / Admiralty : 14996 / J5790.5
Construction (*):
Année de construction : 1927.
Matériaux : pierres apparentes et métal.
Architecte : BBT.
Entrepreneur : BBT.
Couleur : blanche.
Hauteur : 11.85 m.
Forme : tour cylindrique avec base tronconique.
Nombre d'étages : deux niveaux.
Nombre de marches : -
Habitation : non.
Eclairage (*):
Optique : Fresnel, focale de 0,1875 m.
Lampe : halogénures métalliques.
Puissance : 150 W.
Code : Fl.R.- période 5 s.
Couleur : rouge.
Visibilité : 19 milles.
Hauteur de la lampe : 11.85 m.
Hauteur sur mer : 23.40 m.
Premier éclairage : 1927.
Electrification : 1937.
Automatisation : 1995.
Désactivé : -
(*) Les informations contenues dans ce tableau ne peuvent pas être utilisées pour la navigation. Lire l'avis en bas de la page d'accueil.
Un agrandissement de chaque photo est possible par un click de souris.

Un peu d'histoire.

Ce phare est situé sur la côte Nord-Ouest de l’île. Il indique l’arrivée ou le croisement en arrivant de la Dominique. Il est également au pied du Mont Pelée, le volcan.

Il a été fabriqué, monté, démonté puis mis en caisse par BBT à Paris en 1926.
La mise en place a lieu en 1927 par les agents des Phares et Balise et les monteurs de BBT. Il n’y avait pas assez de personnel car ce phare est monté en même temps que celui de la Pointe des Nègres.
L’optique de Fresnel est montée sur un bain d’huile. Le système de rotation est entraîné par un contre poids. La lampe est alimentée au pétrole.

Le phare est électrifié en 1937. Une lampe à incandescence de 500 W remplace le pétrole.

En 1950, suite à une inspection, on constate que le phare n’est pas vu assez vite lorsque l’on vient du Nord. Il est alors question de le déplacer mais il n’en sera rien. Il est aussi question de change son optique pour un horizon mais il n’en n’est rien non plus.

En 1963, on consolide la berge car elle se réduit considérablement à cause des pluies et d’un cyclone.

L’automatisation arrive dans les années 1994 et 1995. Tout est renouvelé par le placement d’un moteur pour la rotation de l’optique, une lampe aux halogénures métalliques de 150 W, un feu de secours électrique de 90 W et des batteries. Plus de gardiens.

En 1996, rénovation de l’extérieur avec la construction d’un local technique pour le groupe électrogène et les batteries. La peinture a lieu en 2012.

Dernière modernisation, le placement de panneaux voltaïques en 2015.


Visites

Le phare est accessible mais il ne se visite pas.