ilet Cabrits

Pays : France Région : Martinique
Phare actuel.


Caractéristiques générales (*):
Situation : Saint Anne sur l'îlet Cabrits.
Latitude / Longitude : 14°23’31'' N - 60°52’04'' W
Monument classé : -
Gardienné : non.
Visitable : non.
NGA / Admiralty : 14940 / J5776
Construction (*):
Année de construction : 1929, 1980 et 1997.
Matériaux : aluminium.
Architecte : -
Entrepreneur : -
Couleur : base blanche, seconde moitié rouge.
Hauteur : 17 m.
Forme : tripode.
Nombre d'étages : -
Nombre de marches : -
Habitation : non.
Eclairage (*):
Optique : focale de 0,15 m.
Lampe : halogénure métallique.
Puissance : 150 W.
Code : Fl.(4)W. - période 15 s.
Couleur : blanche.
Visibilité : 21 milles.
Hauteur de la lampe : 17 m.
Hauteur sur mer : 27 m.
Premier éclairage : 1997.
Electrification : 1997.
Automatisation : 1997.
Désactivé : -
(*) Les informations contenues dans ce tableau ne peuvent pas être utilisées pour la navigation. Lire l'avis en bas de la page d'accueil.
Un agrandissement de chaque photo est possible par un click de souris.

Un peu d'histoire.

Lors de la séance de la commission des phares de 1905, il est décidé de placer un phare à l’extrémité sud de l’île. L’îlet Cabrits est choisi. Il est proche du rivage et facile d’accès depuis Saint Anne.

Le choix se porte sur la même structure que le phare de la Pointe aux Nègres, juste installé.
C’est donc une charpente métallique, type Eiffel, qui sera fabriquée, assemblée puis démontée dans les ateliers BBT.
Le pylône hexagonal fait 28 m de haut, il est peint en blanc et surmonté d’une chambre de veille et une lanterne.
L’optique a une focale de 0,1875 m et tourne sur un bain d’huile. Le mécanisme de rotation est actionné par un poids.
La portée est de 13 milles. Cette portée sera jugée insuffisante. Le brûleur est alimenté avec de la vapeur de pétrole est entretenu par deux gardiens. Ils habitent sur l’île.

En 1970, l’optique est refaite. Elle est alimentée au gaz propane. Un des deux gardiens est supprimé.
Après le passage de cyclone David, le 29 aout 1979, la structure est fort abîmée. La corrosion n’a pas aidé.

Le second phare est un mat à base triangulaire d’une hauteur de 27 m. Il est équipé d’une éolienne, de batteries et d’un groupe électrogène ?
La portée est de 18 milles. Il est automatisé.

Cette structure vieillit, les échelons deviennent dangereux. De plus, le vandalisme a fait son œuvre. En 1997, le troisième phare est un tripode en aluminium. Sa hauteur est de 17 m.
Les maisons des gardiens sont démolies en 1999. Un nouvel ensemble est créé pour la technique. Une terrasse intérieure permet de placer les panneaux solaires. Dans le bâtiment, les batteries et l’équipement électrique de commande vont prendre place.
L’éolienne va disparaître, ils ont constaté qu’elle dénaturait le site et elle empêchait la nidification.

Diverses réparations ont lieu en 2007, 2014 et 2017, comme le remplacement de la toiture suite au passage du cyclone « Dean ».

(Les valeurs du tableau concernent le dernier phare.)


Visites

Le phare est accessible par la mer mais il ne se visite pas.