Pointe des Negres

Pays : France Région : Martinique
Phare actuel.


Caractéristiques générales (*):
Situation : à l’ouest de Fort de France
Latitude / Longitude : 14°35’58'' N - 61°05’24'' W.
Monument classé : inscrit le 16 décembre 2013.
Gardienné : non.
Visitable : non.
NGA / Admiralty : 14948 / J5780
Construction (*):
Année de construction : 1853 et 1927.
Matériaux : fonte.
Architecte : BBT.
Entrepreneur : BBT.
Couleur : blanche.
Hauteur : 28 m.
Forme : tour hexagonale métallique.
Nombre d'étages : un niveau + lanterne.
Nombre de marches : -
Habitation : oui.
Eclairage (*):
Optique : focale de 0,375 m.
Lampe : halogénures métalliques.
Puissance : 150 W.
Code : Fl.W. - période 5s.
Couleur : blanche.
Visibilité : 24 milles.
Hauteur de la lampe : 28 m.
Hauteur sur mer : 39 m.
Premier éclairage : 1927.
Electrification : 1936.
Automatisation : 1987.
Désactivé : -
(*) Les informations contenues dans ce tableau ne peuvent pas être utilisées pour la navigation. Lire l'avis en bas de la page d'accueil.
Un agrandissement de chaque photo est possible par un click de souris.

Un peu d'histoire.

La baie de Fort de France est défendue par deux défenses militaires, la Pointe des Nègres et le fort Saint Louis.

Le premier phare est construit en 1853 dans l’enceinte de la batterie basse. Le feu blanc fixe est placé sur un mat rouge de 4,5 m de hauteur. Sa portée est de 11 milles mais sans doute moins (7 à 8 milles). Il signale l’entrée de la Baie. Mais sa portée est jugée insuffisante en 1884.

La commission des phares réunie en 1905, signale que la portée réelle des phares de la Pointe des Nègres et de la Caravelle doit être augmentée.

Le second phare est monté puis démonté dans les ateliers de BBT. Il est transporté en bateau. La construction est dite de type « squelettique » en fonte ou encore du type « Eiffel ». Au sommet, une chambre de veille et la lanterne. La lanterne a un écran du côté terre pour ne pas gêner les habitants.

L’optique du 3° ordre est composée de deux lentilles de Fresnel montée sur bain de mercure. La rotation se faisait par la descente d’un contrepoids dans le tube central de la tour. Le gardien devait le remonter deux fois par nuit. Il devait aussi approvisionner le feu en pétrole.

Il est électrifié en 1936 avec une lampe de 3000 W. On passe en 1984 à 1500 W.
Actuellement la lampe a une puissance de 150 W.

C’est en 1949 que l’on pense à la construction de deux maisons pour les gardiens et un magasin pour le matériel. Elles seront construites en 1952.
L’automatisation arrive en 1987. Il est contrôlé depuis Fort de France et c’est le départ du dernier gardien.

En 1993 et 1994, le phare subit une grande rénovation. La charpente métallique a subi des dommages, une partie de la charpente métallique est remplacée. Tout est sablé et recouvert d’une peinture à base d’époxy.
La partie électrique est remise à jour : installation de batteries et panneaux solaires ainsi qu’un nouveau système de télécommande.


Visites

Le phare est accessible mais il ne se visite pas.