Bout du monde

Pays : France Région : Charente-Maritime
Phare actif.


Caractéristiques générales (*):
Situation : Pointe des Minimes, la Rochelle.
Latitude / Longitude : 46°08’16'' N - 01°10’45'' W
Monument classé : -
Gardienné : non.
Visitable : non.
NGA / Admiralty : 1360 / D1253
Construction (*):
Année de construction : 1999.
Matériaux : bois.
Architecte : -
Entrepreneur : -
Couleur : -
Hauteur : 8 m.
Forme : -
Nombre d'étages : -
Nombre de marches : -
Habitation : oui.
Eclairage (*):
Optique : -
Lampe : -
Puissance : -
Code : Fl.(3)W.G. - période 12 s.
Couleur : blanche et verte.
Visibilité : 8 (W) et 5 (G) milles.
Hauteur de la lampe : -
Hauteur sur mer : 8m.
Premier éclairage : 23 février 2000.
Electrification : 23 février 2000.
Automatisation : 23 février 2000.
Désactivé : -
(*) Les informations contenues dans ce tableau ne peuvent pas être utilisées pour la navigation. Lire l'avis en bas de la page d'accueil.
Un agrandissement de chaque photo est possible par un click de souris.

Un peu d'histoire.

L’histoire du phare du Bout du Monde à La Rochelle commence bien loin de là.

Le phare San Juan de Salvamento a été construit en 1884 sur une île à l’Est de la péninsule de Mitre en Terre de Feu.
Les conditions de vie et d’accès sont difficiles. Il est abandonné en 1902 lors de la mise en service d’un nouveau phare, la Faro Año Nuevo. Celui-ci se trouve sur une île voisine et plus accessible, l’Isla Observatorio.
Le phare est détruit.

Un aventurier rochelais, André Bronner, découvre le livre de Jules Verne, «la phare du Bout du Monde». Il part à sa recherche en 1994.
Il trouve les vestiges et il décide de le reconstruire. Le 26 février 1998, le phare émet sa lumière. Il l’appellera le phare du Bout du Monde.

Son projet ne s’arrête pas là. Il décide d’en ériger une copie à la Pointe des Minimes. A cet endroit, un haut fond est signalé par une perche, mais pas visible la nuit.
Le phare est sur pilotis. Il est inauguré le 23 février 2000.
Le phare est en bois et de forme octogonale.

Cette longue histoire est décrite dans un livre par André Bronner. La seconde édition est parue en septembre 2020 aux éditions Glénat.

Une seconde réplique a été construite au musée maritime d'Ushuaia, non pas à cause du roman de Jules Verne mais pour sa valeur historique.
C’était le seul feu pour les marins qui passaient le Cap.


Visites

Le phare n’est pas accessible et il ne se visite pas.