Biarritz

Pays : France Région : Aquitaine
Phare actif.


Caractéristiques générales (*):
Situation : Esplanade Elisabeth II
Latitude / Longitude : 43°29’38'' N - 01°33’14'' W
Monument classé : inscrit : 06/11/2009.
Gardienné : non.
Visitable : oui.
NGA / Admiralty : 1660 / D 1410
Construction (*):
Année de construction : 1829 - 1834.
Matériaux : maçonnerie et pierres de taille (grés).
Architecte : Augustin Fresnel et Vionnois (ingénieur).
Entrepreneur : Sorbée.
Couleur : blanche.
Hauteur : 47.05 m.
Forme : tour conique.
Nombre d'étages : 2 niveaux.
Nombre de marches : 248 + 8.
Habitation : oui.
Eclairage (*):
Optique : tournante 4 panneaux, focale 70 cm.
Lampe : halogène.
Puissance : 250 W.
Code : Fl.(2)W. - période 10 s.
Couleur : blanche.
Visibilité : 27 milles.
Hauteur de la lampe : 44 m.
Hauteur sur mer : 73 m.
Premier éclairage : 1 février 1834.
Electrification : 20 janvier 1953.
Automatisation : 1980.
Désactivé : -
(*) Les informations contenues dans ce tableau ne peuvent pas être utilisées pour la navigation. Lire l'avis en bas de la page d'accueil.
Un agrandissement de chaque photo est possible par un click de souris.

Un peu d'histoire.

La construction du phare de Biarritz fait partie du « programme de 1825 ». Il est l’un des 28 phares du 1e ordre.
Sa construction est simple comme de nombreux phares composants ce programme. Les plans ont été établis par Augustin Fresnel.
La tour est cylindrique et elle repose sur un bâtiment à deux niveaux. Cette base est octogonale.

Sa construction débute le 25 septembre 1829 et il est mis en service en février 1834
Sa hauteur est du 47 m et, de part sa position, son feu culmine à 75 m.

La première optique est une lentille du 1e ordre, focale 0,92 m, et feu à éclats.
En 1861, afin d’augmenter la portée, une nouvelle optique est installée. Optique de 0,92 m de focale à éclipse avec des éclats blancs et rouges. L’ancienne est placée au phare de Contis.
L’optique actuelle a été placée en 1904, sur cuve de mercure. Elle est constituée de 4 panneaux de 0,70 m de focale.

Le combustible est, dans l’ordre, l’huile végétale (1834), l’huile minérale (1873), la vapeur pétrole (1904).

Les logements des gardiens sont construits en face du phare.

Lors de l’électrification, en 1953, une nouvelle aile est construite à l’arrière. Elle servira de salles techniques.

Une page est dédiée aux photos de l’optique.


Visites

Le phare est accessible et il se visite. Pour les heures et tarifs : voir sur le site.