Les NEWS du site
Nouvelle région : la Normandie.
26-Oct-2020

Mise à jour, intérieur Cordouan.
18-Oct-2020

Intérieur phare : le cap Ferrat.
30-Sep-2020

Port en Bessin
26-Oct-2020
Ajout d'un nouveau phare

St-Vaast-la-Hougue
21-Oct-2020
Ajout d'un nouveau phare

Reville
20-Oct-2020
Ajout d'un nouveau phare

Barfleur
18-Oct-2020
Ajout d'un nouveau phare

Gatteville (2)
13-Oct-2020
Ajout d'un nouveau phare

Gatteville (1)
12-Oct-2020
Ajout d'un nouveau phare

cap Levi (2)
10-Oct-2020
Ajout d'un nouveau phare

cap Levi (1)
10-Oct-2020
Ajout d'un nouveau phare

Fort de l Ouest
9-Oct-2020
Ajout d'un nouveau phare

La Hague (Cap de)
6-Oct-2020
Ajout d'un nouveau phare



Les Sentinelles des Mers

Par Guy Detienne


Chauveau
Pays : France Région : Charente-Maritime
Phare actif.
Situation.
Au large de Rivedoux-Plage.

Caractéristiques du phare.
Caractéristiques générales (*):
Situation : Pointe de Chauveau.
Latitude / Longitude : 46°08’01'' N - 01°16’25'' W
Monument classé : inscrit le 15/04/2011.
Gardienné : non.
Visitable : non.
NGA / Admiralty : 1324 / D1238.
Construction (*):
Année de construction : 1839 - 1842.
Matériaux : pierres.
Architecte : Garnier et Potel (ingénieurs).
Entrepreneur : -
Couleur : blanche, sommet rouge.
Hauteur : 30,70 m et 27,30 m au-dessus de la mer.
Forme : trompette.
Nombre d'étages : 4 + la chambre de veille.
Nombre de marches : -
Habitation : oui.
Eclairage (*):
Optique : Optique d'horizon, focale 0, 50 m.
Lampe : halogène.
Puissance : 90 W.
Code : Oc.(3)W.R. - période 12 s
Couleur : blanche, secteur rouge.
Visibilité : 15 (W) et 11 (R) milles.
Hauteur de la lampe : 23 m.
Hauteur sur mer : 27 m.
Premier éclairage : 1er mars 1842.
Electrification : 1968.
Automatisation : 1968.
Désactivé : -

(*) Les informations contenues dans ce tableau ne peuvent pas être utilisées pour la navigation. Lire l'avis en bas de la page d'accueil.

Un peu d'histoire.
La commission des phares de 1825 recommande la construction d’une tourelle pour signaler les écueils au large de Rivedoux. Un examen des lieux montre la dangerosité des rochers qui n’étaient même pas renseignés sur les cartes. Que ce soit pour le passage par le Pertuis d’Antioche que par le Pertuis Breton.

La balise posée à Lavardin ne suffit pas et le trafic s’intensifie au port de La Rochelle.
La commission des phares de 1826 décide de la construction de deux tours.
Elles sont érigées en même temps par le même entrepreneur. C’est le même principe que pour les Baleines et les Baleineaux.

Une tourelle est placée à Lavardin (1841) et un phare gardienné est construit sur les rochers de Chauveau.
La construction est une tour en trompette de 30,70 m dont 20,70 m au-dessus de la mer. La réalisation est difficile. L’accès est possible à pied et uniquement aux grandes marées.
Il est allumé le 1° mars 1842 et gardienné.

Trois gardiens sont désignés et sont logés. Deux gardiens doivent être présent dans le phare. Chaque gardien est relevé chaque quinzaine. Ils sont logés à terre avec leurs familles dans trois maisons.

Le feu est fixe blanc et alimenté à l’huile minérale.
Le phare et la technologie vont évoluer au fil du temps. Un secteur rouge est placé le 1° mars 1872. L’huile de colza est utilisée en 1874 qui sera à son tour remplacée par la vapeur de pétrole en 1906.

Le sommet est peint en rouge en 1934 et des bandes noires sont peintes en 1964.
En 1968, c’est le tour de l’électrification (aérogénérateur) et de son automatisation.

Les derniers gardiens descendent le 1° février 1972.

Visites.
Le phare est accessible à pied par grand coefficient de marée.
Il ne se visite pas. C’est bien dommage car il possède encore tout son mobilier.
Un agrandissement de chaque photo est possible par un click de souris.