Les NEWS du site
Intérieur de phare: les Roches-Douvres.
12-Nov-2020

La galerie des bustes.
8-Nov-2020

Les bateaux en bouteilles par Richard Cummins.
2-Nov-2020

Lanvaon
28-Nov-2020
Mise à jour du phare

Hourtin
28-Nov-2020
Mise à jour du phare

Antifer (2)
23-Nov-2020
Ajout d'un nouveau phare

Heve (2)
20-Nov-2020
Ajout d'un nouveau phare

Heve (1)
19-Nov-2020
Ajout d'un nouveau phare

Fatouville
18-Nov-2020
Ajout d'un nouveau phare

Quillebeuf
17-Nov-2020
Ajout d'un nouveau phare

Roque (la)
17-Nov-2020
Ajout d'un nouveau phare

Tancarville
16-Nov-2020
Ajout d'un nouveau phare

Jetee Est
14-Nov-2020
Ajout d'un nouveau phare



Les Sentinelles des Mers

Par Guy Detienne


Baleines (Les ) (2)
Pays : France Région : Charente-Maritime
Phare actif.
Situation.
L’ancien et le nouveau phare des Baleines sont situés à la pointe nord-ouest de l'île de Ré et plus précisément sur la commune de Saint Clément des Baleines dans le département de Charente-Maritime.

Caractéristiques du phare.
Caractéristiques générales (*):
Situation : Saint-Clément-des-Baleines.
Latitude / Longitude : 46º14’41'' N - 001º33’42'' W
Monument classé : classé le 13/10/2012.
Gardienné : non.
Visitable : oui.
NGA / Admiralty : 1268. / D 1218.
Construction (*):
Année de construction : 1849 à 1854.
Matériaux : pierres de taille, kersantite.
Architecte : Léonce Raynaud.
Entrepreneur : J.B. Mady.
Couleur : pierre naturelle.
Hauteur : 57.10 m.
Forme : tour octogonale accolée à un bâtiment.
Nombre d'étages : -
Nombre de marches : 257.
Habitation : oui.
Eclairage (*):
Optique : double optique, 1° ordre.
Lampe : arc puis à incandescence.
Puissance : 2 x 650 W.
Code : Fl(4). - période 15 s.
Couleur : blanche.
Visibilité : 27 milles.
Hauteur de la lampe : 51.30 m.
Hauteur sur mer : 53 m.
Premier éclairage : 15 janvier 1854.
Electrification : 1882.
Automatisation : 2001.
Désactivé : -

(*) Les informations contenues dans ce tableau ne peuvent pas être utilisées pour la navigation. Lire l'avis en bas de la page d'accueil.

Un peu d'histoire.
Le projet est ainsi lancé et les travaux commencent en juillet 1849 suivant les plans de l'architecte Léonce Reynaud. Les deux phares sont construits en même temps afin de rentabiliser la main d'œuvre. Le travail est partagé entre les deux phares en fonction des marées et de la météo.
L'allumage a lieu le 15 janvier 1854 et le fonctionnement se fait au pétrole. En 1881, on construit un bâtiment pour abriter la centrale électrique et quatre logements pour les gardiens.
C'est en 1882 qu'il est équipé d'une lampe à arc et d'une nouvelle optique. Il est ainsi reconnaissable grâce à ces 4 éclats toutes les 15 secondes.
Parmi les dates importantes, notons qu'en 1904 il reçoit une nouvelle optique et en 1928 il est équipé d'une lampe à incandescence. Une école pour gardiens de phare est également construite après la seconde guerre mondiale. L'ancienne tour a été classée monument historique en 1904.
Ce phare est équipé d’une double optique, d’une double lampe et de deux moteurs de rotation. II n’y a pas de lampe de secours.

Ce phare doit son nom au fait qu'une baleine se serait échouée au Nord de l'ile à la fin du XVº siècle.

Visites.
Depuis 2001, l'état s'est désengagé de la gestion complète du site. Celui-ci ne s'occupera plus que de l'entretien de la lanterne, laissant à une société privée la tâche d'entretenir le bâtiment et d'en faire un lieu touristique. C'est ainsi que l'on peut visiter le phare et monter jusqu'à la lanterne (272 marches) mais qui, malheureusement, ne se visite pas. L'ancienne tour a été restaurée et l'école des gardiens a été transformée en musée. Visite très didactique sur les phares et le balisage.
Le phare est accessible toute l'année.
Pour les heures et tarifs : voir sur le site.
Un agrandissement de chaque photo est possible par un click de souris.