Les NEWS du site
Intérieur de phare: les Roches-Douvres.
12-Nov-2020

La galerie des bustes.
8-Nov-2020

Les bateaux en bouteilles par Richard Cummins.
2-Nov-2020

Lanvaon
28-Nov-2020
Mise à jour du phare

Hourtin
28-Nov-2020
Mise à jour du phare

Antifer (2)
23-Nov-2020
Ajout d'un nouveau phare

Heve (2)
20-Nov-2020
Ajout d'un nouveau phare

Heve (1)
19-Nov-2020
Ajout d'un nouveau phare

Fatouville
18-Nov-2020
Ajout d'un nouveau phare

Quillebeuf
17-Nov-2020
Ajout d'un nouveau phare

Roque (la)
17-Nov-2020
Ajout d'un nouveau phare

Tancarville
16-Nov-2020
Ajout d'un nouveau phare

Jetee Est
14-Nov-2020
Ajout d'un nouveau phare


Les Sentinelles des Mers

Par Guy Detienne


Les bateaux en bouteilles - Richard Cummins.
English version :

J’ai rejoint l’Irish Lighthouse Service à l’âge de 18 ans et après une formation initiale dans une école maritime à Dun Laoghaire Harbour, j’étais stationné au phare de Baily sur Howth Head dans le comté de Dublin.

De là, on m’a envoyé sur la côte irlandaise comme gardien de secours pour remplacer les membres d’équipage qui étaient en congé ou qui étaient malades.

Cela m’a permis d’acquérir de l’expérience sur tous les types de phares, des promontoires aux tours offshore et, par conséquent, j’ai pu travailler sur la plupart des phares irlandais.

Normalement, après un an ou deux, un jeune gardien obtenait une station permanente, mais en raison de l’automatisation, j’ai passé 7 ans comme gardien de relève avant d’être nommé au phare de Mizen Head dans le comté de Cork.

Pendant mon temps libre, j’ai construit des bateaux en bouteilles et étudié la photographie.

Après, l’automatisation a mis fin au besoin de phares habités. Ma femme et moi avons émigré en Californie du Sud où j’ai transformé mon amour de la photographie en une entreprise.

J’ai voyagé dans le monde en photographiant des paysages et l’architecture pour de grandes sociétés et des éditeurs de livres, ainsi qu’en publiant mes propres livres et calendriers.

J’ai décidé de prendre ma retraite à 55 ans et de me concentrer sur ce que j’aime faire, c’est-à-dire construire des navires modèles et visiter le plus de phares possible.

Introduction.
Presque tous les navires en bouteilles fabriqués en Irlande ont été construits par des gardiens de phare et les hommes des bateaux phares.

C’était un passe-temps parfait pour les espaces restreints dans les tours en mer et les petits phares, et la plupart des matériaux (sauf les bouteilles) nécessaires étaient disponibles à bord.

En tant que jeune gardien de 18 ans, j’ai voyagé d’une station à l’autre pour acquérir l’expérience du travail en attendant un poste permanent.
Au cours de mes voyages, j’ai rencontré de nombreux gardiens qui étaient de grands constructeurs de modèles et ils m’ont patiemment guidé pendant que je construisais mon premier navire dans une bouteille (photo 1).

Avec l’automatisation, les gardiens ne furent plus nécessaires et l’art des navires-en-bouteilles faits sur les phares disparurent dans l’histoire avec les hommes qui les construisirent.

Je suis le dernier gardien de phare à pratiquer cette forme unique de bâtiment en bouteille et j’essaie de préserver la tradition de tous ceux qui m’ont précédé au sein du Service irlandais des phares.

Le modèle moyen prend environ 20 heures de travail, alors que techniquement, ils ne sont pas difficiles à construire. De la patience et l’attention aux détails sont essentiels si vous voulez obtenir un résultat réussi et agréable.

Photo 1.
Sélection de la bouteille.
La première étape est de choisir une bouteille appropriée, une avec du verre clair et un col large fonctionne mieux.

Un navire peut être mis en bouteille de n’importe quelle taille (photo 2) d’un flacon de parfum de 5 cm à une grande bouteille de whisky de 5 litres et chacun a ses propres difficultés.

Photo 2.

Certains sont plus adaptés aux sloops à mât simple et d’autres à élaborer des goélettes à 6 mâts (photos 3 et 4).

La bouteille traditionnelle est la bouteille "Pinch" qui contenait Dimple Haig Whiskey (photo 4) mais ils sont très rares et difficiles à trouver de nos jours.

Photo 3.

Photo 4.

Photo 5 - Bouteille traditionnelle "Pinch" de Haig Fossette..

Pour quelqu'un qui essaie de construire son premier navire, je recommanderais un carré Jack Daniel’s ou Jim Beam Bourbon. Bouteilles que la forme carrée (photo 6) les rend plus faciles à utiliser.

Photo 6.

Le nettoyage de l’intérieur de la bouteille est critique, si vous obtenez un qui a encore un résidu de whisky en elle il n’y a pas besoin de nettoyage. Laissez la bouteille sécher au soleil. Pendant que l’alcool s’évapore, vous laissez le verre clair étincelant.

Si la bouteille est sale, je le rince dans l’alcool industriel car l’eau laisse des taches sur le verre.

Outils nécessaires.
La plupart des outils nécessaires sont de base et faciles à trouver dans les quincailleries
(photo 7).

Une scie à chaperon, quelques petits ciseaux, un couteau tranchant, du papier de verre, des ciseaux, des pincettes, de la peinture, du fil, des pinceaux, une règle, de la colle à bois et de la teinture.

Les trous de gréement peuvent être réalisés à l’aide d’une perceuse portative, mais un petit trou électrique est plus précis pour les petits trous de 1 mm.

J’utilise de vieux cintres en métal de différentes formes pour manipuler le navire dans la bouteille et des tiges métalliques plus épaisses pour mouler la mer.

Photo 7.

Photo 8 - Plans pour une goélette à six mâts.
Découper la coque.
Lorsque j'étais sur les phares, j’ai utilisé les cadres en bois jetés qui ont protégé les ampoules pour faire la coque et porte-bouteilles, mais maintenant je vais à la quincaillerie locale et acheter 2 cm de bois pré-coupé.

Le bois mou se travaille mieux pour sculpter la coque et je coupe un morceau de bois environ 2/3 de la longueur de la bouteille Je dessine la forme de la coque sur elle.

J’ai découpé le centre avec des ciseaux pour arriver à la bonne profondeur pour le pont. Puis, j’utilise un couteau pour façonner la coque et finir avec du papier de verre (photo 10).
Photo 9 - Pièces pour une "Galway Hooker" traditionnelle.

Photo 10 - Coque de 5 cm prête à peindre.

L’étape suivante consiste à indiquer l’emplacement des mâts, puis à marquer les trous des câbles de réglage. Un barque moyenne à 3 mâts comme le Cutty Sark a besoin d’environ 50 minuscules trous percés dans la coque pour accueillir toutes les charnières du gréement et du mât.

J’utilise ensuite de la teinture de bois sur le pont et je peins la couleur des navires sur la coque à l’aide de ruban-cache pour créer des bandes et des couleurs multiples (photo 11).

Photo 11 - Navire prêt pour le gréement.

Faire la mer.
Il y a beaucoup de façons de faire la mer. Dans les jours anciens, les gardiens utilisaient le mastic de fenêtre, mais c’est désordonné et prend des semaines à sécher.
Au fil des années, il a tendance à se fissurer.

Les matériaux les plus modernes sont l’époxy, la pâte à modeler et la plasticine qui est mon choix. Il se trouve en plusieurs couleurs du bleu foncé au gris en fonction du look que je veux donner (photos 12 et 13).

Photo 12- Mer et roche pour phare en plasticine .

Photo 13 - Mettre 3 navires dans une bouteille.

Certains maquettistes collent la coque directement sur la mer.
J’écris mon nom sur un morceau de bois plat que je colle ensuite à l’intérieur de la bouteille (photo 14), il sert aussi de base pour coller le navire.

Photo 14 - Plaque signalétique.

Je réchauffe la bouteille qui rend la plasticine plus souple et puis j’utilise un gros morceau de fil pour créer les ondes en appuyant sur de petites quantités de Plasticine sur la base de la bouteille.

L’étape suivante consiste à utiliser la tête d’un pinceau sur un fil pour ajouter des pointes blanches aux vagues.

Mâts et voiles.
J’aime habituellement remplir la bouteille avec un grand navire de sorte que les mâts et les longerons touchent presque l’intérieur du verre, mais cela rend les mesures critiques.

Pour une première fois, je recommanderais de ne pas faire le navire plus grand que 60% de l’intérieur de la bouteille.
Cela donne au constructeur beaucoup d’espace pour déplacer les tiges de fil sans s’emmêler dans le gréement (photos 15 et 17).

Photo 15.


Les mâts et les longerons sont fabriqués à partir de cure-dents et chaque longeron a besoin de 3 trous forés en elle.

Le mât est beaucoup plus difficile, vous avez besoin de percer autour de 12 trous dans chaque.
J’utilise une petite perceuse électrique avec un peu de la moitié du diamètre d’une goupille.

Je brise souvent des mâts pendant le forage et si les trous ne sont pas centrés, le mât se brise pendant la construction.

Les voiles sont faites de papier blanc. Pour réaliser les voiles colorées, je peins les deux côtés du papier.

À sec, j’utilise un crayon pointu pour tracer des lignes pour reproduire la couture sur de vraies voiles.
C’est une étape facultative comme la coloration et de nombreux constructeurs laissent les voiles blanches.

Les voiles sont ensuite collées aux longerons et aux mâts. Les longerons sont serrés avec du fil.

Photo 16 - Voile prête à être collée au mât.

Photo 17 - Navire prêt à être assemblé.

Assemblage du navire.
La plupart des gens ne peuvent pas comprendre comment vous avez mis le bateau dans une bouteille, mais le truc est de faire les mâts à plat.

J’utilise un morceau de fil de cuivre inséré dans la base du mât pour créer une charnière qui permet au mât de se poser à plat (photos 18 et 19).

Photo 18 - Maisons de pont et embarcation de sauvetage.

La coque doit être fixée à un support en bois pour la maintenir stable pendant que vous assemblez le modèle.

L’assemblage du navire doit être fait lentement et chaque nœud doit être testé et scellé pour éviter de glisser quand vous soulevez les mâts dans la bouteille.

J’utilise un cure-dent avec une petite touche de vernis pour ce processus. Le vernis bloquera les trous de gréement et vos mâts et les lignes de gréement seront verrouillés en place.
Photo 19 - Gréement en cours.

Environ 3 mètres de fil sont nécessaire pour créer le gréement et je fais des aiguilles maison à partir de fil de cuivre très mince pour placer le fil à travers des petits trous dans les mâts et la coque.

Ensuite, je fais des drapeaux et des écoutilles de pont, les maisons de pont et les bateaux de sauvetage doivent être ajoutés après que vous avez mis le navire dans la bouteille
(photos 18 et 19).

Photo 20 - Gréement en cours.

Mise en bouteille.
La prochaine étape est de mettre le modèle dans la bouteille et cela peut être très difficile, surtout si vos mesures ne sont pas correctes.

Vous commencez par desserrer le gréement du support, puis vous pliez soigneusement les voiles les unes sur les autres et abaissez les mâts.
L’idée est de finir avec le navire dans une forme cylindrique qui est ensuite glissé dans le col de la bouteille (photo 21).

Parfois, il glisse facilement, mais le plus souvent, il s’agit d’une pression serrée et douce est nécessaire, ce qui a tendance à être si les dommages sont faits et les voiles se déchirent et les mâts peuvent se casser facilement.

Photo 21.

Photo 22 - Mât principal brisé en bouteille, le navire ne peut être réparé.

Une fois dans le flacon, j’utilise une pince pour tenir le beaupré (mat à la proue d'un navire, fortement incliné vers l'avant) (photos 23, 24) et avec mon autre main, j’utilise un morceau de fil pour déplier le navire et le placer en position.
Je colle ensuite soigneusement la base de la coque afin de ne pas obtenir de la colle sur le gréement.

Après 24 heures, la colle est complètement sèche et j’utilise à nouveau des fils pour remonter les mâts et redresser les longerons.

Photo 23.

La dernière étape consiste à tirer doucement les lignes de gréement jusqu’à ce qu’elles soient solidement collées en place et, lorsqu’elles sont sèches, j’utilise une lame tranchante pour couper l’excédent de fil de l’arc (photo 25).

Je finis ensuite le navire en ajoutant les roufs et les embarcations de sauvetage à l’aide de fil métallique pour les mettre dans la bonne position.

Photo 24.

Photo 25.

Touche finale.
La dernière étape est de polir le verre et de faire un support en bois pour tenir la bouteille
(photo 26).

Photo 26.

J’ai étudié le travail de la corde en tant que gardien de phare et l’un des nœuds décoratifs que j’ai appris était une tête turque (photo 27) que j’ajoute au cou de la bouteille pour le rendre plus nautique.

Photo 27.

S’il y a de l’espace dans la bouteille, j’ajouterai un phare (photos 28 et 29).

Photo 28.

Photos 29 et 30.

31.

Parfois, je fais des navires historiques (photos 32, 33, 34 et 35) que je trouve intéressants.

Photo 32 - Navire irlandais historique "Diolinda".

Photo 33 - Voilier historique allemand "Alexander von Homboldt".

Photo 34 - Cargo irlandais historique "Ilen".

Photo 35 - Cargo irlandais historique "Ilen".

Les bateaux-phares (photos 36 et 37) font aussi un beau sujet au lieu de naviguer.

Photo 36 - Bateau Phare anglais "Calshot Spit" en bouteille de 5 cm.

Photo 37 - Bateau-phare français « Le havre ».

A l’occasion, je vais mettre le navire dans une ampoule (photos 38 et 39).

Photos 38 et 39.

Autres réalisations.




Bouteille traditionnelle "Pinch" de Haig Fossette.

Mettre 3 bateaux dans une bouteille.




Fin du récit.
Merci Richard pour ces explications bien documentées.